Accueil > Actualités > Luttes locales > Conseil général de l’Isère : "Ils sont fort minables"

Conseil général de l’Isère : "Ils sont fort minables"

Ils sont fort minables !

Jeudi 12 décembre 2013, la répression policière contre le personnel du Conseil général de l’Isère a été d’une brutalité sans limite et sans rapport avec l’attitude des personnels rassemblés devant l’Hôtel du Département.

Alors qu’un manifestant blessé au visage par un gendarme mobile était conduit à l’hôpital, les élus PS du Conseil général s’inquiétaient devant la presse de la préservation de biens matériels.

Tout a été fait par le Conseil général pour faire monter la tension et engager la répression. Le Président du Conseil général avait soigneusement pris ses dispositions : blocage des accès à l’Hôtel du Département, stationnement interdit aux alentours, fort déploiement policier, dispositifs de vidéosurveillance renforcée. Tout un arsenal d’intimidation et de rétorsion soigneusement manigancé.

Dès la veille, des signes d’intimidation avaient été envoyés aux agents avec des arrêtés de désignation pour engager des ordres de réquisitions le jour de la grève.
Le tout avec une mise en scène bien orchestrée pour une Assemblée départementale entre « gens de bonne compagnie » puisque les sièges de l’hémicycle pour le public avaient été soigneusement réservés aux amis du Président. Autrement dit, une « séance publique » sur invitation uniquement.

PDF - 271.9 ko

- Télécharger le Tract